La Conf’ souhaite l’accès à la paille pour tous


11 juin 2021

La Confédération paysanne des Deux-Sèvres a demandé au préfet Emmanuel Aubry, de prendre un arrêté interdisant le broyage de la paille dans le département cette année, de sorte à permettre l’accès à la paille pour tous et conserver une certaine maîtrise des prix d’achat. En effet cette année encore, l’épisode de sécheresse qui a frappé les Deux-Sèvres, toujours en cours malgré les récentes précipitations, risque de conduire à une année compliquée, concernant les volumes de pailles et fourrages. Selon le syndicat agricole, cela s’ajoute à la concurrence, je cite « générée par le développement de la méthanisation à grande échelle, grosse demandeuse en matière carbonée qui est bien souvent apportée par la paille ». Entretien avec Benoit Jaunet, co-porte-parole de la Conf’ des Deux-Sèvres.

Commentaires(1)

Connectez-vous pour commenter cet article
Laurent du 79, il y a 1 semaine
Quand on n'est pas capable de comprendre qu'il faut des réserves d'eau pour lutter contre les sécheresses on continue à fumer de l'herbe dans les ZAD mais on n'a pas la prétention de sauver la planète ... en moins d'un an de mandat ils ont dégoutté les français d'EELV et heureusement parce qu'EELV c'est tout sauf de l'écologie ! La Nouvelle Aquitaine se prépare à la pire sécheresse du siècle ! Les nappes et les rivières sont à des niveaux historiquement bas... Nous allons commencer l'été 2021 avec des nappes aussi basses qu'en fin d'été 2020 et c'est irréversible ! Non seulement la région a bloqué TOUS les projets de réserves mais elle a financé la destruction des barrages, des retenues et des étangs ... aucun pays au monde ne détruit ses réserves d'eau pour lutter contre les sécheresses ! Les sécheresses et les inondations ne sont pas des fatalités liées au dérèglement climatique mais le résultat logique d'une très mauvaise gestion des eaux de surface, Inondation c’est quand l’eau repart trop vite vers la mer, sécheresse c’est quand elle est repartie trop vite …Nos sécheresses sont purement artificielles, administratives, politiques et idéologiques ! Si on avait DEUX fois plus de précipitations on aurait DEUX fois plus d’inondations mais toujours pas assez d’eau l’été …Même les castors savent que pour avoir de l'eau l'été il faut retenir l'eau l'hiver dans les bassins versants avec des barrages ... ça peut paraitre anodin mais en Nouvelle Aquitaine la consommation d'eau potable et industrielle, dans les nappes phréatiques, correspond exactement aux prélèvements agricoles, donc si cette eau était recyclée pour l'arrosage (conformément au code de l'environnement) on diviserait par deux les prélèvements estivaux. Idem pour les ruissellements urbains, la Nouvelle Aquitaine compte 781 200 hectares artificialisées (9.3% du territoire) avec une pluviométrie moyenne de 700mm par an on obtient 5 milliards de m3 d'eau douce exploitable pour des usages non domestiques comme l'arrosage. 5 milliards de m3 c'est 3 fois la consommation TOTALE de toute la région (potable agricole et industrie) qui n'est que de 1.5 milliards, c'est 10 fois les prélèvements agricoles estivaux dans les nappes phréatiques (500 millions de m3) , c'est à dire qu'au lieu d'irriguer 400 000 hectares on pourrait en irriguer 4 millions donc la TOTALITÉ de la Surface Agricole Utile de la Nouvelle Aquitaine sans prélever une goutte dans les nappes phréatiques l'été...