Devoir de mémoire à Barroux

juste-barroux-wp« Quiconque sauve une vie sauve l’Univers tout entier ». En citant la phrase du Talmud, qui figure sur la médaille des Justes parmi les nations, le vice-président du comité français pour Yad Vashem a donné toute la mesure de la cérémonie, samedi 1er octobre, qui a honoré Lucile Marie Godrie, née à Barroux en 1894, décédée le 13 juin 1992. Après avoir été nommée, Juste parmi les Nations, à titre posthume en octobre 2012, désormais son nom restera gravé dans le marbre, dans l’enclos du monument aux morts de Barroux, commune associée de Soulièvre – Airvault.
Pendant la Seconde Guerre Lucile Marie Godrie, à sauvé la famille Bodenheimer. Au 110, rue de Grange à Sainte-Pezenne, la famille Godrie a hébergé et protégé, au péril de sa vie, le couple et leurs deux enfants qui avaient échappé de peu à la rafle du Vel’d’hiv à Paris. C’est Frédéric, le petit-fils de Lucile, qui a aidé sa mère Luce Psaltis Godrie, dans sa quête du passé en retrouvant la trace du dernier témoin de cet épisode. C’est avec beaucoup d’émotion qu’ils sont venus, samedi à Barroux, accompagné d’une partie de la famille, rendre un nouvel hommage à Lucile. Retrouvez le reportage complet de la rédaction.

Ecoutez la suite…

Share on FacebookTweet about this on TwitterShare on Google+Share on TumblrShare on LinkedInPin on PinterestPrint this pageEmail this to someone

grilleprog